Tendances des marchés financiers
Accueil » Actualités » La Bourse de Paris grimpe encore (+0,11%)

La Bourse de Paris grimpe encore (+0,11%)

La Bourse de Paris a fini dans le vert lundi (+0,11%), poursuivant sa course en avant au moment où débute la saison des résultats aux Etats-Unis, toujours portée par l’espoir d’un accord commercial sino-américain.

DA  à 0 h 0

La Bourse de Paris grimpe encore (+0,11%)

L’indice CAC 40 a progressé de 6,03 points à 5.508,73 points, après être monté en séance jusqu’à 5.518,37 points, au plus haut depuis début octobre 2018, dans un faible volume d’échanges de 2,9 milliards d’euros. Vendredi, il avait terminé en hausse de 0,31%.

Après une ouverture proche de l’équilibre, la cote parisienne a très légèrement progressé, ce qui lui a permis de signer un nouveau record annuel.

"Nous sommes tout de même dans un marché qui monte un peu dans le vide, avec peu de volumes", a résumé auprès de l’AFP Guillaume Garabédian, responsable de la gestion conseillée chez Meeschaert Gestion Privée.

Le marché progresse "beaucoup sur des espoirs, notamment celui que l’on aura un accord commercial prochainement sur la Chine et les Etats-Unis, occultant le fait que Donald Trump est progressivement en train de hausser le ton par rapport à l’Europe", a-t-il ajouté.

Les réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale se sont achevées samedi sur une note d’optimisme, les Etats-Unis laissant entrevoir la perspective de la fin de la guerre commerciale avec la Chine, ce qui pourrait faire rebondir la croissance mondiale.

De leur côté, les Etats de l’UE ont approuvé lundi l’ouverture de négociations commerciales avec les Etats-Unis pour éviter une guerre commerciale avec Washington en dépit du refus affiché de Paris de négocier avec un partenaire hostile à l’accord mondial sur le climat.

Les investisseurs "se focalisent sur le bon côté des choses, occultant les facteurs de risques", ce qui est rendu possible par deux choses conjointes, selon M. Garabédian, d’une part le fait que les banquiers centraux "vont être beaucoup plus accommodants" en 2019, et d’autre part par une "économie qui certes a ralenti mais dans le calme, sans affolement".

Par ailleurs, le marché "a les yeux rivés sur les résultats d’entreprises quivont avoir une importance majeure", a-t-il complété.

Nous "n’attendons pas de déception a priori mais sans pour autant anticiper des croissances folles sur les bénéfices par action", a estimé le spécialiste.

Les banques américaines ont ouvert le bal des publications ce lundi : Citigroup a annoncé des résultats contrastés au premier trimestre tandis que Goldman Sachs a informé d’une chute de 20% à 2,2 milliards de dollars de son bénéfice net sur la période.

L’agenda économique a par ailleurs été peu fourni ce mardi, à l’exception de la croissance de l’activité manufacturière dans la région de New York, qui a rebondi davantage que prévu en avril.

En revanche, l’optimisme des milieux d’affaires américains s’est nettement affaibli, tombant au plus bas depuis trois ans, selon l’indice mensuel Empire State publié lundi.

- EDF en grande forme -

Côté valeurs, Publicis a progressé de 1,19% à 47,75 euros, après avoir confirmé dimanche ses objectifs pour 2019 et annoncé l’acquisition d’Epsilon, un spécialiste américain du marketing ciblé, pour 4,4 milliards de dollars.

Vivendi a grappillé 0,34% à 26,37 euros, porté par lahausse de 10,7% de son chiffre d’affaires du premier trimestre, à 3,46 milliards d’euros, grâce notamment à la progression d’Universal Music Group .

Vinci a cédé 0,40% à 89,30 euros tandis que le groupe réclame "plusieurs centaines de millions d’euros" à l’Etat en guise de compensation à l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes dont il devait être le concessionnaire.

Dassault Aviation a perdu 1,83% à 1.291 euros. L’homme d’affaires indien Anil Ambani, proche du Premier ministre indien Narendra Modi, a bénéficé de l’annulation de plus de 140 millions d’euros de redressement fiscal par la France, au moment où se négociait la vente de 36 avions de combat Rafale de Dassault à l’Inde, selon Le Monde.

EDF est monté de 3,01% à 12,48 euros, profitant d’une information parue lundi dans Le Parisien, selon laquelle Emmanuel Macron s’apprête à donner son feu vert à un mouvement de renationalisation, au moins partielle, des activités nucléaires d’EDF.

En outre, le comité de la stratégie du conseil d’administration d’EDF abordera fin mai les projets d’évolution de la structure du groupe, a-t-on appris lundide sources concordantes.

Genfit a bénéficié pour sa part (+2,08% à 22,54 euros) de l’annonce de nouvelles données positives sur un essai clinique de phase II évaluant son produit phare, Elafibranor, dans la PBC (cholangite biliaire primitive).

jra/tq/az

A consulter également

Rechercher

Tendances finances personnelles

Tendances (22 avril 2019)
Livret A
(taux net)
0.75%
Livret jeune
(réservé aux moins de 26 ans, taux net minimum)
1.00%
LEP
(sous plafond de ressources, taux net)
1.25%
Livrets épargne
(Mopyenne des taux boostés bruts)
2.40%
Livrets épargne
(Moyenne des taux de base bruts)
0.51%
Assurance-Vie
(Fonds euros, nets des frais de gestion, bruts des prélèvements sociaux et fiscaux)
1.80%
PEL
(Avant 2018, taux net)
0.83%
PEL
(Depuis 01/01/2018, taux net)
0.70%
CEL
(Avant 2018, taux net)
0.42%
CEL
(Depuis 01/01/2018, taux net)
0.35%
Inflation1.10%
SMIC
Mensuel net
(base 35 heures)
1 171.36€

Tendance des taux d'intérêts

Tendances TAUX (22 avril 2019)
Taux monétaires-0.31%
Taux longs (OAT)0.42%

Tendance taux des Etats

Tendances Taux Emprunts d'Etats (à 10 ans)
France OAT1.140 %
Allemagne BUND0.746 %
Grèce15.794 %
Espagne2.054 %
Italie2.123 %
USA2.197 %
Date de publication 22 avril 2019

Fonds actions, les tops et les flops